5 rue de Dammarie - Cesson 77240
nouveaudepartpourcesson@gmail.com

Lien social, Solidarités entre les générations (enfance, jeunesse, troisième âge)

MUNICIPALES 2020 À CESSON 77240

Created with Sketch.
21 décembre 2019

Lien social, Solidarités entre les générations (enfance, jeunesse, troisième âge)

Commission 5 

Cinq propositions majeures

  • Créer une crèche publique intercommunale
  • Revoir la carte scolaire
  • Remettre à plat la politique d’accueil péri-scolaire
  • Faire de la jeunesse une priorité de l’action municipale
  • Permettre aux personnes âgées de mieux s’insérer dans la vie collective.
  • Remettre en état le quartier de Montbréau pour assurer une égalité de traitement avec les habitants des autres quartiers.

La solidarité sociale et intergénérationnelle n’est pas le point fort de la municipalité sortante.

Les situations des personnes âgées ne sont pas véritablement prises en compte par nos élus. Et en ce qui concerne la gestion de la jeunesse, la municipalité, là encore, manque de volonté et n’a aucune vision d’ensemble. Elle subit plus qu’elle n’anticipe, et elle a effectué certains choix financiers contestables. Enfin, le quartier de Montbréau a été totalement délaissé, et ses habitants exigent à juste titre que la municipalité leur apportent des réponses.

1) Accueil des enfants de moins de 3 ans

État des lieux

55 assistantes maternelles indépendantes travaillent sur la commune et il existe deux pôles d’accueil collectif ou semi-collectif:

  • à  Cesson la forêt, il y a une crèche familiale qui propose un accueil des enfants au domicile de 18 assistantes maternelles et des temps d’activités dans les locaux de la crèche et une halte-garderie de 20 places. Ce multi-accueil est géré par la municipalité.
  • Plaine du Moulin à Vent, la Maison de la Petite Enfance, héberge une crèche collective de 60 places (dont 36 réservées à la commune) et un Relais Assistantes Maternelles; les deux sont gérées en délégation de service public – c’est un contrat par lequel la commune confie à une structure privée la gestion d’un service public. On trouve aussi une crèche associative de 18 places, gérée par une association de parents.
Reprendre en main la gestion de ce secteur

Il faut cesser le désengagement public dans le domaine de la petite enfance et mieux répondre aux besoins de la population et des assistantes maternelles.

Le développement des structures d’accueil pour les moins de 3 ans, avec si possible une crèche publique intercommunale, est une nécessité dont la gestion incombe pleinement à la commune.

Nous devons aussi réfléchir à des  solutions de garde spécifiques pour les personnes qui travaillent avec des horaires décalés (infirmiers, commerçants, professions libérales, etc.) ou qui sont en recherche d’emploi.

Enfin, pourquoi faire appel à un prestataire privé pour les repas de la Maison de la Petite Enfance, alors que cette structure dispose d’un équipement de restauration?

2) Éducation

Écoles maternelles et primaires

Il y a actuellement 5 groupes scolaires sur Cesson : Jules Verne, Paul Emile Victor, Jacques Prévert, Jean de la Fontaine et Jules Ferry). Il existe une forte disparité de taille entre le groupe scolaire Jules Verne, qui accueille plus de 400 élèves et les 4 autres qui sont tous autour de 200 élèves.

Revoir la carte scolaire

Pour permettre à tous les groupes scolaires de la commune de rester à taille d’enfant et éviter les fermetures de classe à répétition, il faudra faire preuve d’une volonté forte à tous les niveaux. La révision de la carte scolaire doit permettre de trouver  un meilleur équilibre même si l’implantation géographie de la commune, toute en longueur, réduit les marges de manœuvre.

Accessibilité et isolation

Les écoles devront également être plus accessibles (interphone, ouverture automatique des portails) pour permettre aux parents de venir récupérer leurs enfants en dehors des heures d’ouverture si nécessaire.
Il faudra faire le point sur les travaux d’isolation thermique réalisés ou envisagés 
par la municipalité sortante dans les bâtiments scolaires. 

Collèges et Lycées

Ce secteur scolaire ne dépend pas directement des compétences municipales: les collèges sont gérés par le Département et les lycées par la Région. Mais le maire reste un interlocuteur privilégié pour  défendre les intérêts de ses administrés et intervenir de façon beaucoup plus déterminée auprès du Département et de la Région pour lutter contre la saturation dans les collèges et le lycée.

Les élèves sont répartis en fonction de leur lieu d’habitation entre le collège Grand Parc à Cesson (sud du rû de Balory: bourg, gare, la forêt et St Leu) et le collège Jean Vilar à Vert Saint Denis (nord du rû: Grand et Nouveau Villages, la Plaine).
Le Collège Grand Parc est en cours de rénovation mais sans aucun agrandissement prévu. Il accueille un peu moins de 500 élèves (4 classes par niveau). Le Collège Jean Vilar accueille lui près de 800 élèves (7 à 8 classes par niveau). L’arrivée des nouveaux habitants sur Cesson et Vert Saint Denis n’a guère été anticipée.

La majorité des collégiens de Cesson sont scolarisés au lycée Sonia Delaunay à Vert-Saint-Denis.
Mais, depuis la rentrée 2017, il existe une “double sectorisation” avec le lycée George Sand au Mée-sur-Seine. La répartition entre les deux lycées se fait “dans la limite des capacités d’accueil du lycée”. On a pu constater malheureusement que, du fait  de l’exiguïté des locaux à S. Delaunay, la sélection s’opère à l’entrée de ce lycée selon les dossiers des élèves.
Pour éviter cette situation, contraire à l’éthique d’une école démocratique, il serait souhaitable que l’Education Nationale, en concertation avec la Région, propose des types d’enseignement tout aussi attractifs dans les deux établissements.
De plus,
la construction de nombreux logements au Nord de Melun, va de nouveau perturber le bassin de recrutement. Le lycée George Sand accueillera dans un avenir proche un nouveau public. Il faut dès maintenant réfléchir à l’agrandissement du lycée Sonia Delaunay qui est déjà sous dimensionné.

Il faut également travailler sur les transports en commun pour des liaisons pratiques et régulières vers les lycées et collèges.

3) Cantine, accueil péri-scolaire et centres de Loisirs

Les Centres de loisirs

Nous souhaitons ouvrir une réflexion avec les équipes sur le projet pédagogique des Centres de Loisirs : rapports entre adultes encadrants et enfants, éducation à la liberté et à la responsabilité, partenariat avec les structures culturelles, activités en plein air, moyens de prise en compte des différents profils d’enfants (savoir adapter son comportement face aux situations spécifiques de certains enfants).
Les centres de loisirs, comme l’école, peuvent et doivent
accueillir les enfants en situation de handicap, à condition que les moyens nécessaires soient mis en œuvre.

Les conditions d’accueil (encadrement, adaptation des locaux) doivent être repensées. L’encadrement des centres de Loisirs est souvent problématique, en raison de sous-effectifs qui nuisent à la réalisation de projets pédagogiques comme les ateliers d’activités manuelles ou les sorties. Les enfants se retrouvent parfois en trop grands groupes, notamment en fin de journée.
Le sous-encadrement est souvent lié aux inscriptions tardives des parents, il faudra mener une réflexion à ce sujet.
Une concertation avec les familles sur la gestion des risques  pourra être menée : nous refusons la logique actuelle qui vise à surprotéger les enfants, au détriment parfois de la qualité des activités proposées.
Il faut réfléchir enfin à une meilleure stabilisation des équipes et une formation, initiale et continue, plus importante sera proposée aux animateurs (plusieurs d’entre eux n’ont pas encore le BAFA), ainsi qu’aux personnels de direction.

La restauration scolaire

L’amélioration du temps de repas est un objectif important.
Les enfants sont encadrés par des animateurs, des enseignants et des ATSEM. Cet encadrement ne doit pas se limiter à de la surveillance, ce qui suppose une réflexion et une formation du personnel, ainsi qu’un encadrement mieux adapté aux effectifs des enfants.

L’éducation à l’alimentation doit devenir un thème fort de notre action. Les repas fournis dans les écoles sont déjà présentés comme « bio », mais ils sont fournis par un prestataire privé.
Nous souhaitons faire de la restauration scolaire un symbole de notre action en faveur de la transition écologique, en particulier en développant les circuits courts. La cantine pourrait ainsi être un modèle de ce qui doit être fait en matière d’alimentation. Nous proposerons un repas végétarien par semaine, et si possible chaque jour une alternative à la viande; car nous préférons donner moins de viande mais de meilleure qualité.

C’est pourquoi il nous semblerait judicieux de revenir à une gestion municipale par la mise en place d’une cuisine centrale, éventuellement en lien avec Vert Saint Denis qui le fait déjà.
Cela permettrait aussi d’être plus flexible pour les modalités d’inscription des enfants en fonction des contraintes professionnelles des parents. En effet, les familles doivent actuellement anticiper une semaine à l’avance et en cas de changement hors délai, payer le tarif initialement prévu.

Dans le même esprit d’éducation à la transition écologique, nous proposons d’améliorer le tri des déchets dans les centres et les cantines, et de faire du compost.
On pourrait aussi développer des potagers et des poulaillers dans les écoles, sous réserve d’accord des enseignants et des équipes d’animateurs.

Les études

Il faut assurer des études dans toutes les écoles primaires, et en améliorer le service en privilégiant des études dirigées et pas seulement surveillées. Comme pour les crèches, il faut voir comment nous pouvons étendre les horaires d’accueil.

Les tarifs

Nous reverrons enfin le système de tarification de toutes les activités qui fait peser une charge trop lourde sur certaines familles.

4) Jeunesse

C’est l’un des angles morts de la politique municipale. Il faut distinguer les attentes des différentes catégories, entre les pré-adolescents, les adolescents et les jeunes adultes, qui ont des aspirations et parfois des problèmes spécifiques. Notre commune propose peu de choses pour les jeunes, qui ne sont manifestement pas une priorité de la municipalité sortante.

Les séjours

Par exemple, il y a très peu de séjours proposés par le service jeunesse de Cesson. Cette année un seul séjour a été proposé alors que les autres années il y avait au moins trois séjours pour les différentes tranches d’âges : un pour les 6/10 ans, un pour les 10/14 ans et un autre pour les 14/18 ans, ce dernier étant organisé avec la ville de Vert Saint Denis. Une politique plus ambitieuse doit être menée en lien avec la MLC/MJC en faveur de tous les enfants pour permettre activités, sorties ou séjours pendant les vacances.

Gérer les difficultés et valoriser les initiatives

Il faut aussi mener une réflexion globale sur la mise en œuvre du soutien scolaire et le suivi des enfants et jeunes en difficulté (addictions, violences, pauvreté, précarité, etc.). Pour ces derniers, il faut développer en lien avec la MLC/ MJC (dans le cadre du Centre Social ?) un dispositif permettant d’apporter des réponses concrètes aux problèmes rencontrés (situations de violences filles/garçons ou parents/enfants, de harcèlement, solutions de contraception, grossesses non désirées). En lien avec Vert-Saint-Denis, nous proposerons au Planning familial d’installer une antenne sur nos communes.

Les jeunes doivent se sentir pleinement reconnus et valorisés à l’intérieur de la ville.  Il faut avoir une démarche positive, à la fois d’accompagnement éducatif et de propositions. Il convient donc de mener une véritable politique en direction de la jeunesse, en lien avec les différents acteurs impliqués dans ce domaine : associations sportives et culturelles, Antenne Jeune, MLC/MJC.

Une ville plus ouverte aux jeunes

Les jeunes doivent se sentir pleinement reconnus dans notre ville. Ils ont besoin d’événements, de lieux de vie et de rencontres qui leur soient véritablement dédiés.
Il faut donner à la MLC/MJC les moyens de renforcer son identité de Maison de Jeunes,  par exemple en créant un vrai foyer pour les jeunes et une programmation musicale spécifique qui pourrait être conçue avec leur concours.
Nous proposons d’identifier plusieurs lieux de vie en extérieur, où les jeunes puissent se poser, à l’image de ce qui se fait déjà dans la forêt de Bréviande. Pour aménager ces espaces, l’Antenne Jeunes pourrait superviser la réalisation de mobiliers d’extérieur sous la forme de structures démontables (à base de palettes), à l’image de ce qui a été fait à la MLC/MJC.

Nous proposons la mise en place d’un Point Information Jeunesse, éventuellement en lien avec la MLC/MJC, et en partenariat avec Vert Saint Denis.

Fête de la jeunesse

Nous organiserons chaque année une fête de la jeunesse, par exemple à l’occasion de la Fête de la Musique.
Nous proposerons au Conseil communal Enfants et Jeunes d’organiser une concertation sur les attentes des jeunes habitants de notre commune, et nous inclurons cette structure dans le dispositif des budgets participatifs.

5) Troisième âge

Des anciens plus mobiles

Notre ville comprend beaucoup de personnes âgées, parfois isolées. Au delà des activités proposées par le club des Anciens, il faudra être attentif aux difficultés rencontrées, en particulier les situations de fragilité liées à la solitude, aux problèmes de mobilité et l’accès à internet. On devra trouver certaines réponses dans le cadre de notre réflexion globale sur les mobilités (navettes gratuites à la demande ?).

mieux intégrés

Les personnes âgées peuvent être associées à différents dispositifs citoyens, par exemple les pédibus (accompagnement  à pied des enfants à l’école), l’accompagnement d’activités ou de sorties scolaires, ou encore le développement de jardins partagés.
Différentes initiatives peuvent être prises dans le cadre des comités de quartier pour mieux valoriser les apports de chacun à la vie collective, en s’appuyant par exemple sur le S.E.L (Système d’échange Local).

Bien protégés 

Une protection contre les démarchages à domicile abusifs et d’éventuels abus de faiblesse doit être assurée. La municipalité doit enfin apporter des réponses aux personnes actuellement privées de médecin référent.
Une réflexion sur l’évolution de l’habitat pourrait être menée : de nombreuses maisons ne sont désormais plus habitées que par des personnes seules. N’y aurait-il pas des solutions innovantes à proposer, par exemple encourager des formes de cohabitation entre personnes âgées ou avec des jeunes travailleurs ou étudiants ?

6) Personnes en situation de handicap

Les déplacements des personnes à mobilité réduite sont rendus compliqués en raison d’un environnement trop souvent inadapté : il aura fallu une longue mobilisation des citoyens pour que la gare de Cesson bénéficie de travaux de mise en conformité.

Nous serons particulièrement attentif à la situation des personnes en situation de handicap. Dans nos domaines de compétence, nous veillerons à prendre des dispositions qui facilitent leur intégration. Cette préoccupation concerne en particulier les bâtiments publics, mais aussi les nouvelles constructions, les solutions de déplacement, la participation à la vie locale.

7) Lien Social

Cette dimension est peu présente dans les choix de la municipalité sortante. La question sociale est plus souvent abordée en termes de sécurité qu’en termes de justice et de solidarité. Notre commune n’est pas considérée comme une zone d’action prioritaire, et ne dispose donc pas d’éducateurs spécialisés. Il y a pourtant des populations en difficulté, et des problèmes sociaux qui méritent d’être traités.

L’évolution de la tarification du périscolaire a été faite dans une logique de réduction des dépenses publiques, au détriment de l’accessibilité de ces services aux familles moins favorisées.

Toutes les familles ne disposent pas d’un jardin, il est donc important que la municipalité organise des espaces publics destinés aux loisirs des enfants et des jeunes. Or il n’y a pas assez d’aires de jeux ni de terrains dédiés aux jeunes sur le territoire de la commune; en particulier il n’y a rien dans les quartiers de Montbréau et de la Plaine.

D’autre part, il n’est pas acceptable que certains quartiers de notre commune soient délaissés. C’est manifestement le cas du quartier de Montbréau, qui nécessite une réhabilitation urgente.

Enfin, la municipalité n’a pas pris position sur les grands débats qui mobilisent la population, en particulier la réforme des Retraites.

D’autres propositions…

pour les écoles, l’enfance et la jeunesse

  • Faire entendre les revendications des habitants auprès de l’Education Nationale (en particulier face à la saturation du lycée Sonia Delaunay).
  • Adapter les solutions de garde pour les personnes à horaires décalés
  • Remettre à plat les délégations de service public dans le domaine de la Petite Enfance
  • Faire un bilan des capacités d’accueil des structures “Petite Enfance”, quartier par quartier
  • Promouvoir une politique de formation pour nos animateurs
  • Donner une meilleure place aux jeunes dans notre ville : permettre à la MJC/MLC de se doter d’un véritable foyer et d’une programmation musicale dédiée.
  • Faire de la jeunesse une priorité de l’action municipale, organiser chaque année une fête de la jeunesse.
  • Assouplir le système d’inscription aux activités péri- et extra-scolaires

pour les personnes âgées

  • Protéger les personnes âgées contre le démarchage à domicile abusif
  • Proposer des solutions d’habitat partagé pour les personnes âgées qui le souhaiteraient.
  • Remettre à plat les mesures pouvant favoriser le maintien à domicile des personnes âgées (aides à domicile, repas, etc.).
  • Soutenir les relations d’entraide et d’échange d’expériences entre générations : soutien scolaire et inversement visite à domicile pour les personnes seules, participation à des réseaux pédibus pour accompagner les enfants à l’école, à des sorties scolaires, ou encore implication dans les jardins partagés.
  • Penser systématiquement la place des anciens dans les différents dispositifs citoyens (par exemple le Système d’Echange Local).
  • Proposer des solutions de déplacement adaptées (navettes à la demande ?).
  • Assurer une aide à l’utilisation des services dématérialisés sur Internet.

pour les personnes en situation de handicap

  • Veiller à l’adaptation des nouvelles constructions (nombre de logements prévus, places de parking spécifiques, etc.).
  • Simplifier la vie des personnes en situation de handicap : parfaire l’accès aux transports urbains (rampes d’accès pour tous les bus, trottoirs abaissés et suffisamment larges)
  • Améliorer leur parcours de soin en promouvant le recours aux plateformes territoriales d’appui (P.T.A.) mises en place par l’A.R.S.

pour le lien social

  • En lien avec la MLC/MJC, faire l’inventaire des populations concernées, les moyens et les dispositifs sociaux actuels et définir la répartition des tâches entre le futur Centre Social et les services municipaux.
  • Diminuer les tarifs du péri- et extra-scolaire pour les harmoniser avec ceux qui sont pratiqués dans les autres communes de Sénart.
  • Avoir à l’esprit les enjeux de justice sociale dans nos différentes propositions (lutter contre la précarité informatique, la précarité énergétique, l’insécurité, garantir l’accès à tous aux espaces verts, etc.).
  • Développer dans  chaque quartier des aires de jeux pour différentes classes d’âge, demander la réouverture d’une aire de loisirs dans la forêt de Bréviande.
  • Offrir des possibilités de séjours pour les enfants accessibles à tous, avec des tarifs adaptés.